Nos articles

Slacktivisme : cliquez pour changer le monde

slactivisme
De plus en plus d’associations donnent la possibilité de s’engager en quelques clics.

Pétitions en ligne, retweet, crowdfunding… Autant d’outils qui permettent aujourd’hui de s’engager pour une cause sans le moindre effort, ou presque. Celsa Huma vous explique

Le slacktivisme, késako ?

Littéralement activisme paresseux, le slacktivisme définit la possibilité qu’offrent désormais les réseaux sociaux de s’engager depuis son canapé. Très souvent utilisé dans un sens péjoratif, il est critiqué précisément parce qu’il apparaît comme une forme moins noble de l’engagement. Le peu d’effort fourni ne traduirait qu’un investissement minime de la part d’un individu pour une cause, et ne serait donc finalement que le fruit d’un acte de bonne conscience. Cliquer ne servirait qu’à purger la bonne volonté des slacktivistes qui ne se sentiraient alors plus obligés de sortir dans la rue manifester ou de rejoindre une association. D’ailleurs, qui a dit que le clic engagé était incompatible avec la mobilisation physique ?

Un engagement sans valeur ?

Pourtant, cette nouvelle forme de mobilisation permet de multiplier le nombre de gens concernés, et ne plus limiter l’engagement aux vrais militants, investis physiquement dans leurs causes. Autrement dit, on n’est plus obligé de vivre un combat corps et âme pour y participer. Le but n’est évidemment pas de remplacer les formes de l’engagement traditionnel, mais de s’y ajouter. Le constat est simple : tout le monde n’a pas le temps, l’envie, ou la force de s’investir physiquement dans un combat. On peut leur reprocher, ou on peut s’adapter à eux, en leur proposant d’agir à leur échelle. C’est un peu l’idée du slacktivisme. À l’heure où l’information est devenue constante et la communication instantanée, il est désormais très facile de glisser d’une page d’accueil Facebook à une pétition ou une vidéo dont le visionnage permet de financer un don gratuit (coucou Goodeed ! 😉 )… D’ailleurs, grâce à son faible investissement, le slacktivisme permet également de multiplier son engagement à des causes diverses : vous pouvez être écolo le matin et ajouter la défense des droits des femmes à votre arc de militant 2.0 l’après-midi ! Tout cela au risque, certes, d’être taxé de révolutionnaire mou, mais au moins, vous aurez participé à quelque chose.

Sceptiques sur l’efficacité d’un engagement purement virtuel ? Rappelez-vous que les révolutions arabes ont été en grande partie possibles grâce au partage et à la diffusion d’informations sur Internet, allez jeter un oeil aux plus grands succès de pétitions sur les sites d’Amnesty International et d’Avaaz,

Alors, prêts à changer le monde depuis votre canapé ?

+d’infos : AnonaIndiegogo, Change, Sumofus… Petit guide non exhaustif pour vos premiers pas de slacktiviste !
Sans oublier Celsa Huma, notre page Facebook, sur laquelle nous relayons régulièrement des pétitions. À vos clics !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s